Les départs ratés de Djelali…

23/01/2015

17h, Djelali est amarrée au port de Kernevel, Larmor Plage. Mais ce ne fut pas une mince affaire.

 

 

Le premier faux départ date du 20 décembre 2014. Après 5 mois de travaux, notamment mécanique (nous avons changé nos deux moteurs, des prima 50 remplacent les perkins 4108), et gréement (prise de ris efficace, renvoie de barre fiable…), nous sommes prêts à prendre la mer… Le créneau météo est pas trop mal, même si la mer est grosse, 5-6m de houle, mais l’équipage est réduit, nous ne sommes que 3 (Manu, Robin et Yoda, le chat) et une mauvaise estimation de marnage nous empêche de flotter, bref, on reste au quai d’échouage, à Paluden. Ce contre temps nous aura permis de faire une virée en mer avec le White Dolphin, magnifique ketch classique de 66 pied, récemment arrivé à l’asso du Bel Espoir.

 

 

 

 

 

Deux semaine plus tard, nous flottons, ça c’est sur, le créneau météo semble correct. C’est les vacances, l’équipage est vite recruté mais la, c’est le drame. A la basse mer qui précède l’appareillage, le vent tourne et souffle en rafale modérée (25-30 nœud), mais cela suffit. Le bateau, qui c’est posé relativement droit, bascule du mauvais coté, Djelali chavire au port, sans eau, alors que nous finissions de saisir les derniers objets.

 

 

 

C’est plutôt moche à voir, et ça fait un peu peur quand t’es dedans, quand le bateau tombe de toute sa hauteur, légèrement amorti par les haussières (seul une a cassée !) et la vase.

Nous nous en tirons pas trop mal, la platine de barre de flèche tribord de l’artimon est ressoudée (merci Marc !), le bas haubans remplacé par un câble dynéma (merci Yvan !), et 2 pinoches permettent au bateau de se redresser seul, à la marée montante (passe-coque de pompe de cale et d’évier arrachés, rouillés – merci Ben, Erwan et Émeline !).

Enfin, spectaculaire faux départ, qui nous coûtera 3 jours de bouleau et un p’tit coup au moral, mais nous reprenons courage, il faut bien préparer le troisième faux départ non ? Et notre nouveau poêle à bois (heureusement éteins lors de l’incident) est désormais là pour nous réconforter.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ne pas se faire avoir deux deuxièmes fois (faut bien apprendre de ses erreurs), nous mettons Djelali au coffre de la SNSM devant le port de l’Aber Wrach. Ici, le bateau flotte et ne risque pas de tomber. Le créneau approche, on finit les préparatifs, et dernier p’tit point avant la bière et le dodo d’avant départ, on vérifie les niveaux. Et la, mauvaise surprise…

 

 

 

Le moteur tribord est plein de mayonnaise, 3 cm au dessus du niveau max, il y a un problème quelque part… Nous suspectons l’abord la pompe à eau de mer (attelée à l’arbre à came, en tête sur ces moteurs), mais en déplaçant le waterlock et en réduisant la longueur de l’échappement, le problème est résolu, 5 vidanges plus tard.

Enfin bref, on aura finit par partir 17 janvier, et après une escale à Douarnenez, nous arrivons à Lorient sans avarie notoire (un peu de crasse dans le circuit GO tout de même, qui nous aura imposé des quarts de pompe à la poire à main).

Ouff !

 

 

 

 

Tags:

Please reload

À l'Affiche

Djelaloose is soon dead, Djelali revival

05/07/2015

1/2
Please reload

Posts Récents
Please reload

Recherche pas Tags
Please reload

Nous Suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now